Passer de la sanction à l’accompagnement de la transition

Le regard de Priscillia.L – N° 1 -Rubrique « Expliquer »

ENQUÊTE HARRIS INTERACTIVE POUR M6 ET RTL

Le constat que nous pouvons faire à travers cette enquête, est que la préservation de l’environnement est clairement un sujet dont se soucient les français et non plus seulement les adultes d’un certain âge mais aussi les adolescents et jeunes adultes.

Plus d’une quinzaine de gestes quotidiens sont pratiqués par soucis d’économie pour certains (comme Eteindre la lumière en sortant d’une pièce…) ou dans le but d’agir de manière plus responsable pour d’autres (comme Trier les déchets ; Acheter des produits de saison ; Se passer des objets en plastiques à usage unique…). Et bien que les résultats montrent que certains gestes semblent avoir moins de succès que d’autres (comme Ne plus prendre l’avion ; Ne plus prendre de véhicule individuel ; Réaliser soi-même ses produits d’hygiène) il est important de souligner 2 choses :

  • d’une part plus de la majorité des personnes ayant répondu sont déjà dans cette démarche ou on l’intention de s’y mettre, ce qui n’est pas à négliger.
  • d’autre part, précisément pour ces 3 gestes, le passage de l’intention à l’action est souvent compromis en raison de freins tels que le coût et/ou le défaut d’alternatives :
  • Ne plus prendre l’avion : compliqué dans la mesure où pour des raisons obscures, les billets de trains pour les courtes distances sont de plus en plus chers et même plus élevés parfois que les billets d’avion. Bon nombre de personnes se dirigent vers l’avion non plus uniquement en raison du gain de temps mais aussi par souci d’économie.
  • Ne plus prendre le véhicule individuel : En périphérie de grandes villes, difficile à appliquer puisque les alternatives sont quasi inexistantes. Là encore, malgré la forte intention démontrée par les résultats de cette enquête, on pourrait observer que le frein est très certainement dû au manque d’infrastructures de transport pouvant permettre de délaisser un peu plus le véhicule. Et bien que ces difficultés existent, toujours dans le souci de faire des économies, le co-voiturage est largement pratiqué entre membres d’une même famille, entre amis lors des sorties, entre collègues de travail et même entre inconnus grâce aux plateformes en ligne de co-voiturage. 

A la dimension économique, s’ajoutent les initiatives éco-responsables visant l’autosuffisance, puisque certaines communes, petites structures et même quelques particuliers ne pouvant faire autrement que d’utiliser leurs véhicules, soit pour le travail soit pour des raisons personnelles, ont le souci de  trouver eux mêmes des alternatives par la création de bio-carburants réservés à consommation personnelle.

  • Réaliser soi-même ses produits d’hygiènes ou plus communément appelé le DIY «  Do It Yourself »  qui est une pratique qui depuis ces dernières années a pris de l’ampleur pour diverses raisons : la santé principalement, puisque les produits cosmétiques et d’hygiènes synthétisés ont vu leurs compositions cumuler des ingrédients nocifs pour la santé mais aussi pour l’environnement. Cette volonté de ne plus développer d’allergies, de cancers et de préserver les animaux, la nature et donc l’environnement, explique la raison pour laquelle beaucoup ont commencé à s’intéresser à la fabrication des produits cosmétiques et d’hygiène. A cela s’ajoute l’économie certaine réalisée ! Seuls freins à cette pratique : le manque de temps et de savoir-faire.

Autant dire qu’effectivement il n’est donc pas seulement question de faire des économies mais de préserver l’environnement et sa santé tout continuant à faire des économies.  Les freins identifiés ci-avant démontrent qu’il ne suffit pas de sanctionner les « pratiques polluantes/nocives » des français par la fiscalité ou l’amende, mais d’accompagner la transition, le changement des habitudes de consommation par l’adoption de mesures tenant compte des réalités de terrain et des obstacles existants. Il n’y a plus à convaincre de la nécessité de préserver l’environnement mais plutôt de faire en sorte que les prochaines mesures tiennent compte des efforts déjà effectués par les uns et les autres et de les impliquer dans la construction des mesures autant que possible. Et c’est ce que le collectif des GILETS CITOYENS a fait par sa démarche de faire créer par le Gouvernement, une Convention de citoyens tirés au sort qui travailleront ensemble à la construction de mesures socialement plus justes puisqu’ils auront pour objectif la réduction d‘au moins 40 % des gaz à effets de serres d’ici à 2030 par rapport à 1990. Ces citoyens, issus de tous milieux, domiciliés dans tous les départements, plus ou moins qualifiés, hommes ou femmes, seront les mieux placés pour intégrer cette dimension sociale qui fait défaut aux mesures existantes.

Dans cette enquête, les avis étant partagés au sujet des intentions des politiques et principalement du Président en matière de préservation de l’environnement, utiliser des outils démocratiques pour impliquer davantage la population ne peut être qu’un plus pour atteindre les objectifs fixés et permettre une transition sincère.

Priscillia Ludosky – Auteure de la pétition contre la hausse des prix du carburant/Gilet Jaune@PLudosky

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Heures Pour toute question : contact@giletscitoyens.org
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close